mercredi 25 avril 2018

Droit de réponse

Pour introduire le sujet, rien de tel qu'un petit rappel des propos tenus, destiné en particulier aux lecteurs du blog n'ayant pas accès à la publication originale.

Vous constaterez que j'ai flouté les noms des personnes par respect pour celles ci.
Sauf ma propre identité, choix personnel.


https://3.bp.blogspot.com/-ALI63GkVgog/Wt-qoou1pHI/AAAAAAAAEZg/F-3FXYyTDKsPb6jEzrzRxtigfonxHpYvACLcBGAs/s1600/Screenshot-2018-4-24%2BGerme%2BLolotte%2B-%2BIl%2Bdevrai%2Bfaire%2Bla%2Bmeme%2Bchose%2Ben%2Bfrance.png

Monsieur,

Il y tant de choses que je ne vous ai pas dit :
  • Je n'utilise pas le T9 puisque j'écris sur mon ordinateur.
  • Je vous reproche vos innombrables fautes, c'est tout. Je ne me prend pas pour ce que je ne suis pas. J'en fais parfois moi aussi, des fautes. Mais force est de constater que je fourni un plus gros effort rédactionnel que vous.
  • Je ne suis pas un "bobo" (j'ai pas l'argent pour me le permettre).
  • Je n'adhère, ni à la politique de Macron, ni à celle de Mélenchon.
  • Certes, je n'ai pas d'enfants.
    Mais cela ne veut pas dire que je suis un psychopathe privé de toute empathie : alors oui, je comprends et compatis à la souffrance des familles.
  • Et surtout : j'ai eu l'occasion (malheureusement) de faire condamner (en qualité de juré citoyen) un pédophile pour "viol sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité". Je sais, c'est glauque. Et je puis vous garantir que chaque affaire est bien plus complexe que vous ne semblez l'imaginer.
Donc cessez, je vous prie, de déduire des inepties à mon sujet.
C'est grossier, agaçant, et diffamant.
    Mais je peux aussi dire des choses.
    Mes arguments, mes idées, mes espoirs.
    •  La peine de mort est pensée comme une réponse aux problèmes : mais elle ne solutionne pas les problèmes, puisque la criminalité persiste. C'est une erreur conceptuelle simple de confusion entre la réponse et la solution. Une réponse peut apporter une solution, mais une réponse n'est pas une solution en elle même.
    • Nous pourrions ajouter que dans des pays autoritaires, la peine de mort est même un outil politique qui ne sert qu'à massacrer des opposants politiques ou des minorités ethniques, religieuses, culturelles, etc.
    • Existe t-il chez les hommes une justice absolue capable de condamner sans jamais se tromper ? Aussi demanderais je à tous les partisans de la peine de mort : que ferez vous le jour où vous exécuterez un innocent ?
      Endosserez vous une telle responsabilité ?
    • Bien sûr qu'il faut condamner le crime. Mais puisque la peine sert à obliger un criminel à méditer sur sa faute : quelle méditation peut il tenir une fois mort ? Ce n'est pas logique.
    • Quelles avantages peuvent espérer les familles des victimes de la mise à mort du condamné ? L'exécution d'un pédophile suffit-il à faire disparaître le traumatisme causé par ses actes ? Et dans le cas où le violeur est un membre de la famille : la victime obtiendrait elle vraiment justice à travers l'exécution d'un membre de sa propre famille ?
    • Vous qui prétendez à la compassion : en avez vous pour des victimes de tortures ? Auriez vous cette formidable aptitude de Victor Hugo ou Albert Camus à compatir à la souffrance de cette torture psychologique d'un condamné sachant sa mort imminente ? Et vous : que ressentiriez vous si je vous annonçait votre décès prochain ?
    Et c'est pour ça que je m'oppose à la peine de mort. Mon opinion n'est pas gratuite, et elle ne se base pas sur mes seuls sentiments. C'est le résultat d'un raisonnement long et fastidieux dans lequel je m'évertue à prendre en considération tous les points de vues. Sans haine et sans colère. Je me base sur la seule conviction que la Déclaration universelle des droits de l'homme, socle inébranlable de la constitution de la Ve république française, puisse constituer une base de travail fiable, sérieuse et réfléchie.


    Alors oui, j’exècre la peine de mort, la considérant sommes toutes comme une abomination, un déni de justice, une cruauté brutale, sans fondements morales ni finalités.
    La mort n'est pas une solution. 
    Elle ne l'a jamais été et ne le sera jamais.

    La publication concernée :
    facebook.com : posts/998901226926147
    (NB: l'accès est peut être limité.)

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire